Prostituées nigérianes : leur combat pour sortir de l'emprise

 Sortir et se libérer d’un réseau de prostitution est un processus terriblement complexe. L’emprise psychologique est forte mais les femmes sont aussi tenues sur le plan matériel. Logement, sécurité, papiers d’identité... Quitter voire dénoncer un réseau c’est se retrouver en grande difficulté. Quelles sont les voies possibles pour ces femmes ? Que prévoit la loi pour elles ? Deuxième volet de notre enquête sur la prostitution nigériane à Montpellier.
 
« Elle ne voulait pas être là. » Maitre Sidonie Amiot, avocate au barreau de Montpellier, a représenté en juillet 2018 l’une des parties civiles au procès d’un réseau de prostitution nigériane, démantelé dans le massif de la Gardiole. Sa cliente n’a pas assisté aux audiences. Par peur d’être confrontée aux figures du réseau et sans doute pour les tenir à distance de la nouvelle vie qu’elle est en train de construire.

Il vous reste 80% de cet article à découvrir !
Si vous êtes déjà abonnés, connectez-vous.

Pourquoi s'abonner au d’Oc ?

  • S’informer par un média complètement indépendant dont le financement repose sur ses lecteurs.
  • Découvrir des enquêtes de fonds et des révélations qui concernent des enjeux démocratiques au niveau local.
  • Consolider l’émergence d’un journalisme qui défend un autre regard sur l’actualité de Montpellier et sa région.